Arrête, mais continue, j’aime ça à en vomir, je voudrais, dans tes bras, tout ressentir, sans tressaillir, ne plus qu’aimer sans me figer. Tes mains, de mon visage à mon intime, je frissonne, peur et plaisir, je me répugne d’apprécier, j’aimerais me retirer, et cesser d’exister.

1 réflexion sur « »

Répondre à CocH3-Fc Zeroun Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.