J’ai vu un certain confort en l’homosexualité. L’envie d’y trouver une explication à mes différences, l’envie que ce label me permette d’être compris. J’ai sans doute cherché, par là, à me normer, par cette porte d’entrée accéder à une forme d’ordinaire, qu’on me dise “ah, mais voilà donc la source de tes différences, j’ai compris maintenant.”

Il n’en est rien. Je ne me sens pas plus intégré, je ne me sens pas moins tordu, plié dans tous les sens pour correspondre à quelque chose qu’on attend de moi, quelque chose que je n’ai pas et dont je ne veux pas. Même un homosexuel se doit d’être ordinaire. On peut lui pardonner certaines différences, mais qui se doivent d’être caractéristiques de son homosexualité, rien de plus. Il n’y a finalement aucune place pour l’awkward, pour le bizarre, et par l’acceptation de l’homosexuel, on s’attend à ce qu’il rentre dans le rang. Tant mieux pour celleux qui n’attendaient que ça, il n’y a aucune injonction au bizarre, ce n’est juste, manifestement, pas mon cas. Mes goûts sont fortement présents, puissants, j’aime avec intensité, mais j’ai tout foutu au placard pour faire bonne figure. J’ai vraiment l’impression de m’effacer au profit de ce que je ne suis pas. D’une façade qui entre en permanence en conflit avec ce à quoi j’aspire réellement, et si j’avais cru un moment trouver une réponse en mon homosexualité, la complexité va largement au délà de mon orientation ou de mon identité de genre, ça peut sembler évident mais c’est bien plus important qu’on pourrait le penser.

3 réflexions sur « »

  1. @phie Ah bin de toute façon, oui, la «communauté LGBT», c'est surtout une invention des cishets pour parler de nous. Ça va faire bientôt cinq ans et j'attends toujours ma carte officielle de l'Amicale des Lesbiennes de France ! Plus sérieusement merci pour ce témoignage, je pense qu'on est plus à se sentir comme ça que ce qu'il ressort d'un survol des réseaux sociaux.

  2. @phie mais une chance que ton homosexualité ne te définit pas, ce serait triste.Tu vois toujours ton psy, normalement c'est dans nos cordes, aider les gens à trouver qui ils sont…et qui ils aiment.🤗

  3. @phie La norme sociale n'existe pas, elle est en construction permanente. Il faut s'entourer de gens qui n'ont pas de problème avec l'anormal pour éviter de se sentir bizarre et exclu. Aucun individu, quels que soient ses efforts, n'est normal. C'est une fiction, un horizon inaccessible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *