J’ai vu un certain confort en l’homosexualité. L’envie d’y trouver une explication à mes différences, l’envie que ce label me permette d’être compris. J’ai sans doute cherché, par là, à me normer, par cette porte d’entrée accéder à une forme d’ordinaire, qu’on me dise “ah, mais voilà donc la source de tes différences, j’ai compris maintenant.”

Il n’en est rien. Je ne me sens pas plus intégré, je ne me sens pas moins tordu, plié dans tous les sens pour correspondre à quelque chose qu’on attend de moi, quelque chose que je n’ai pas et dont je ne veux pas. Même un homosexuel se doit d’être ordinaire. On peut lui pardonner certaines différences, mais qui se doivent d’être caractéristiques de son homosexualité, rien de plus. Il n’y a finalement aucune place pour l’awkward, pour le bizarre, et par l’acceptation de l’homosexuel, on s’attend à ce qu’il rentre dans le rang. Tant mieux pour celleux qui n’attendaient que ça, il n’y a aucune injonction au bizarre, ce n’est juste, manifestement, pas mon cas. Mes goûts sont fortement présents, puissants, j’aime avec intensité, mais j’ai tout foutu au placard pour faire bonne figure. J’ai vraiment l’impression de m’effacer au profit de ce que je ne suis pas. D’une façade qui entre en permanence en conflit avec ce à quoi j’aspire réellement, et si j’avais cru un moment trouver une réponse en mon homosexualité, la complexité va largement au délà de mon orientation ou de mon identité de genre, ça peut sembler évident mais c’est bien plus important qu’on pourrait le penser.

Le poids de la honte

Je suis assez inflexible dans mes pensées. J’ai de la peine à évoluer ou bien parfois, pour me protéger, je refuse de voir ce qui ne va pas, je refuse le poids de la culpabilité, qui m’assaille pourtant dès que je n’y prends pas garde. Je ne fais pas mon caliméro dans ces moments, ça reste un combat interne et je n’utilise pas ça pour faire culpabiliser autrui de m’avoir fait culpabiliser, du moins, je l’espère. C’est plutôt la honte qui m’habite, mais cette honte je la ressens de manière saturée pour presque tout. De la chose la plus anodine à la plus importante, son volume arrive très vite au max, ce qui ne me permet pas de faire le tri.

Je diabolise constamment, intérieurement, des interactions sociales que je n’ai pas eu, je crée des dialogues dans lequel on me fait des reproches durs alors que pourtant on ne m’en fait pas forcément, du coup je dépense tellement d’énergie dans ce combat interne qui ne mène à rien, sur des choses que je n’ai ni dites ni même pensées, que j’en ai plus beaucoup pour le réel, ce sur quoi je pourrais m’améliorer.

J’essaie de me sortir de ces batailles internes, de cesser cette perpétuelle confrontation qui me bouffe mais s’il y a bien quelque chose de terrible avec la pensée, c’est qu’elle est toujours là, quelque soit le moment, alors quand elle tourne en rond, s’invente des scénarios plus stupides les uns que les autres, quand elle revient m’attaquer dans mes moments de calme,je ne peux y échapper. Lui dire “ta gueule” n’est que temporaire, et il faut en plus une certaine lucidité que je n’ai pas forcément tout le temps. Il faut se rendre compte qu’elle part dans un scénario aussi what the fuck que destructeur, toujours tellement, tellement méchante gratuitement.

Mais elle m’atteint.
Et elle contribue par là à ma peur des autres.
Je recherche énormément la présence des autres, sans doute car je suis très seul mais J’AIME les autres, pour de vrai, et j’aime aimer, ça me rend encore plus honteux, car si je sens que j’ai dit quelque chose de stupide, souvent quelque chose de tellement minime qu’en face, on ne s’en est pas rendu compte, après avoir comme à l’accoutumé passé un temps fou à me remémorer tout ce que j’ai dit ou fait, la honte débarque, écrasante, avec sa grosse voix et son ton inquisiteur, elle prend les visages de celleux que j’aime et sous son poids, j’ai juste envie de m’écraser, me faire petit et disparaître. Et pourtant, je parle trop. Je fais du bruit. C’est dire…