Tandis que j’appelle à renverser le gouvernement


J’aimerais me hisser et m’extirper loin du vacarme, du tintamarre. Je scande des slogans, les propos sont soignés, et, dans la meute avançant, un parmi tant, j’attends que se détournent les regards pour lever les yeux au ciel; j’aimerais qu’on me pèche, qu’on m’indique ma place, je la sais bien loin du tumulte, dans ces zones nuageuses. Je rêve d’être béat. Silencieux. Délesté. (Ma chair aspire au bien être, elle m’est inconfortable et sitôt que l’esprit fuit, elle le rappelle à l’ordre, le plaque et le bâillonne.)  Me fondre et disparaître ou me laisser couler, submerger, sans crainte. Je rêve parfois de vieux jours bavant et hors de tout, l’oeil dilaté, le proche aussi flou que l’horizon. Il est si aisé de s’écrouler, une fois au sol, l’inertie rigidifie le corps, qu’importe la stature. (Je suis comme ces passants qui détournent leurs yeux, honteux de voir chez l’autre qui gît l’humanité semblable, celle qui ronge la corde qu’ils s’efforcent de suivre, par habitude, parce que pas le choix, c’est ça ou rien.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *