Nuit, je te haime.
Les une ressemblent aux autres, je suis encore coincé dans les mêmes problèmes qu’avant, à me demander comment viendra la quiétude, par quelle porte surgiront mes monstres, et leurs sensations qui étreignent mon corps.

J’ai parfois le souffle coupé

Coupé d’attendre en vain la légèreté suffisante, que chaque muscle me laisse aller, le cœur calme, le sourire aux lèvres.

Il y a ces bruits, parfois. Ces craquements, ces quelques bruits de pas. Ces souffles sur ma peau, cette sensation de froid. Qui me rappellent que je suis seul. Que la nuit, les murs se resserrent sur moi, parfois à m’étouffer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *