Amis journalistes, vos raisons de craindre Mélenchon ne sont pas les bonnes

Depuis que Mélenchon crève le plafond des sondages, des journalistes de tout bord (mais surtout à droite) livrent leur crainte d’une France dirigée par Mélenchon.
Bon, il y a aussi ceux qui le caressent dans le sens du poil comme Libération alors qu’ils étaient les premiers à lui taper dessus, mais là n’est pas le propos. Après tout, pourquoi pas.

Je passais en revue les derniers titres du Figaro (ouille). Entre ceux qui prédisent une crise sans précédent et ceux qui voient le spectre de Poutine s’abattre sur la France (j’ai d’ailleurs fait un article à ce sujet), je suis tombé sur ça:
« Jean-Luc Mélenchon adoubé par… Patrick Buisson et Jean-Marie Le Pen »
Voilà qui m’a provoqué un haussement de sourcil.
Bon, il y avait déjà eu une histoire sur une possible amitié entre Buisson et JLM. Mais Le Pen, je lisais ça pour la première fois. Curieux, je lis l’article. Je re-lis l’article. Allez, une troisième fois.
Que dit Buisson ? Que JLM « se positionne davantage comme le candidat d’une France multiethnique, évacuant ainsi la dimension multiculturelle » Hm

Mélenchon 2015:
« La France est multiculturelle, et encore heureux. Ce que nous avons en commun, c’est la loi. »

Que dit-il ailleurs
« Il n’y a pas une culture française, il y a une culture en France et elle est diverse », ce qui, tu l’avoueras a un tout autre effet. Il indique que la France est multiculturelle, dans le sens où tous les français n’ont pas le même héritage culturel, notamment du fait de leurs origines. »

Par contre, que dit Macron « Je crois profondément que la France n’a jamais été et ne sera jamais une nation multiculturelle »

Valà valà.

Par la suite, le personnage dit que Mélenchon parle de religions. Oui, il en parle. Parfois en bien, parfois en mal, mais il met plus ou moins dans le même sac toutes les religions.

ENSUITE

Venons en à Le Pen père. Que dit-il dans l’article ? Que Mélenchon est un orateur de qualité. Qu’il parle sans ses notes.
Hm donc raccourci du Figaro : JLM = Le Pen.

Sympa.

Martin Luther King aussi parlait sans note
Donc Le Pen = Martin Luther King ?
Ça me laisse sceptique.

L’article finit par un
« Reste que tous ces compliments pourraient avoir de lourdes conséquences politiques pour le candidat de la France Insoumise, tant les personnalités dont elles émanent sont controversées voire détestées à gauche.
Contacté pour réagir et commenter les éventuelles intentions qui se cachent derrière ces déclarations, l’entourage de Jean-Luc Mélenchon est resté injoignable ce jeudi matin. »

Les supposés liens étranges avec Buisson, ou avec Poutine me dérangent. Ça, par contre, c’est juste de la bêtise.
Je ne suis pas pro-Mélenchon, mais bordel, vous voir le haïr me donner envie de l’aimer.

À chaud : Image figée

 

Image publiée en une par le journal Libération du Jeudi 6 Avril 2017

Il y a dans ces images un bruit sourd, assommant. Comme celui qui suit la mort mais précède sanglots et colère. Celui qui nous laisse vide, le regard fixe, quand la conscience se tait, quand on se retrouve vidé de toute substance face à l‘inimaginable.
Depuis le début de ce conflit, de nombreuses images m‘ont coupé le souffle

Un tas d‘enfants. Un tas d‘enfants. C‘est un « tas d‘enfants ».

Quand le corps n‘abrite plus la vie, il devient effrayant. Quand il n‘est plus que matière, on se retrouve face à l‘impossible, l‘incompréhensible. Quand c‘est celui d‘un enfant. Bordel, comment penser le corps sans vie d‘un enfant ? Comment penser qu‘hier encore, il avait la vie devant lui ? Cette vie injustement volée à ces immortels, qui auraient dû vivre une courte éternité.

Quel frisson d‘effroi et de rage quand je découvre encore la réalité du massacre syriens, chaque jour plus violent, chaque jour plus ignoble.
La mort, d’un souffle glacial, éteint, fige l’instant, comme l’image sur le papier glacé.